UA-64061973-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/01/2014

La citation du jour

« J’aurai voulu élucider ces zones d’ombre. En même temps, à quoi bon ? Est-il sûr que la connaissance de l’environnement originel et celle de la rampe de lancement expliquent la trajectoire d’une vie ? Aucune fonction algébrique, aucun programme d’ordinateur ne rend compte des destins. »

Henri Lopes, Une enfant de Poto-Poto, Gallimard, Continents noirs, 2012

29/12/2013

La citation du jour

 

« Je suis donc devenue membre de leur famille, mais pour moi, même après plusieurs années, la religion musulmane est restée un mystère. Tout comme l’histoire des aïeux d’Ali. Quant à mon pays, j’ai appris qu’il était coupé en deux, que les habitants du Sud et du Nord s’étaient battus comme chien et chat, que les modes de vie de part et d’autre étaient désormais différents, de même que les conceptions idéologiques ; on disait que c’était à cause des longs nez, des Américains. La famille d’Ali s’est elle aussi trouvée divisée entre musulmans et hindous, entre Pakistan et Inde  (…) »


Sok-Young Hwang, Princesse Bari,  Philippe Picquier 2013

 

28/12/2013

la citation du jour

« Chaque fois que les circonstances m’ont amenée à parler, avec les uns ou les autres, des pays que nous avons quittés, nous avons fini par évoquer la guerre, la famine, la maladie, le pouvoir détenus par des militaires violents et redoutables. Partout dans le monde, aujourd’hui encore, des gens meurent parce qu’ils ont tenté de passer une frontière à la recherche de conditions de vie meilleures. » 

 

Sok-Young Hwang, Princesse Bari,  Philippe Picquier 2013

27/12/2013

La citation du jour

« les Etats-Unis ont cent quarante-sept ans, et le pays tout entier est fondé sur la volonté de s’emparer des terres indiennes aussi vite que possible et d’autant de façons qu’on puisse humainement le concevoir ».


Louise Erdrich, Dans le silence du vent, Albin Michel 2013



22/12/2013

La citation du jour

 

« Les paupières se font lourdes. Le vieux pince les cordes les yeux dans le vide. Le violon a encore quelque chose à lui apprendre. Il en extirpe une espèce de nourriture céleste qu’il distribue aux siens sans rien attendre en retour. Quelque chose dans l’air s’allie à leur torpeur. Ils n’ont plus faim, ils n’ont plus peur. Adam et son violon font une trouée dans le temps, retrouvent le son des cithares orientales, par-delà les siècles, par-delà les terres indiennes ou égyptiennes qu’ils n’ont jamais foulées, les voix de leurs ancêtres. »

 

Paola Pigani, N’entre pas dans mon âme avec tes chaussures, Liana Levi 2013

 

21/12/2013

La citation du jour

" Pas plus tard qu’hier un Blanc m’a demandé si j’étais un vrai Indien. Non, j’ai répondu, Christophe Colomb s’est planté. Les vrais Indiens sont en Inde. Moi, je suis un vrai Chippewa.

Chipé quoi ? Pourquoi n’avez-vous pas de nattes ?

On me les a chipées, je lui ai dit (...) "

 

Louise Erdrich, Dans le silence du vent, Albin Michel 2013

20/12/2013

la citation du jour

« Perdre le goût du mouvement serait perdre le goût de la vie »

Paola Pigani, N’entre pas dans mon âme avec tes chaussures, Liana Levi 2013

15/12/2013

La citation du jour

 

« Vivre c’est fabriquer de l’oubli et du mensonge »

 

 Tassadit Imache, Des nouvelles de Kora, Actes Sud, 2009

 

14/12/2013

La citation du jour

 

« Plutôt le vol de l’oiseau qui passe sans laisser de traces

Que le passage de l’animal dont le sol garde le souvenir.

L’oiseau passe et disparaît, ainsi doit-il en être.

Là où il n’est plus, et donc ne sert à rien, l’animal

Montre qu’il a été, ce qui ne sert à rien.

Le souvenir est une trahison envers la Nature

Parce que la Nature d’hier n’est pas la Nature.

Ce qui fut n’est plus rien,

et se souvenir est ne pas voir.

Passe oiseau, passe, et enseigne-moi à passer ! ».

 

Fernando Pessoa, Le Gardeur de troupeaux, Gallimard, 1987

 

`

 

13/12/2013

La citation du jour

 

" Pas plus tard qu’hier un Blanc m’a demandé si j’étais un vrai Indien. Non, j’ai répondu, Christophe Colomb s’est planté. Les vrais Indiens sont en Inde. Moi, je suis un vrai Chippewa.

Chipé quoi ? Pourquoi n’avez-vous pas de nattes ?

On me les a chipées, je lui ai dit."


Louise Erdrich, Dans le silence du vent, Albin Michel 2013