UA-64061973-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/05/2010

A propos de violence...

Lucienne Bui Trong

Violence : les racines du mal

&

Vincent Cespedes

La Cerise sur le béton. Violences urbaines et libéralisme sauvage


Vincent Cespedes 12.jpgVincent Cespedes est professeur de philosophie « dans un lycée en zone sensible » comme le précise l'éditeur. Si, dans son style décapant et parfois fatigant, il rejoint certaines analyses et conclusions du livre d'Yves Michaud paru la même année  (incohérence des mesures, nécessité de la sanction...), il s'en démarque en faisant de la violence la résultante de « la globalisation néo-libérale » et ses conséquences : déshumanisation des rapports ; avènement de « démocraties-marchés » et de régimes ploutocratiques où « l'argent explique, dirige, affirme, impose » ; « marchandisation de l'Etre » ; primat de l'Avoir sur l'Etre... Il y a aussi ce que l'auteur nomme l'«hamstérisation » de la jeunesse où les ravages d'une culture de masse présentée comme un mélange détonant d'américanisation, de manipulation mentale par la pub et la TV, d'idéologie consumériste et d'abrutissement par le culte des nouvelles technologies (la « cybermeute »). Ici, les médias ne sont pas épargnés qui en médiatisant les violences impunies, « loin de les congédier, les entérine et leur donne droit de cité », l'école non plus où se pratiquerait la ségrégation en faveur des élèves nantis, des « Français d'origine française » et « blancs ». Ajoutons à cette liste non exhaustive « le complexe de Brazzaville » du Français moyen « qui peine à considérer Mourad ou Fatou instantanément comme d'authentiques concitoyens, comme des gens pouvant prétendre au pouvoir, comme des supérieurs hiérarchiques légitimes ».

Pourtant, prévient l'auteur : « si la violence peut être expliquée, rien cependant ne doit la banaliser ou en faire la légitime conséquence de l'ennui, du chômage, de l'urbanisation bâclée, de la discrimination raciale, des arrestations au faciès ou encore des téléfilms étasuniens ». Voilà de quoi rassurer le lecteur invité par ailleurs à « prendre parti », à « s'investir passionnément » et « à faire lui-même le travail de nuanciation, de rectification, de vérification ». Car avec Vincent Cespedes « Finis les théories foireuses, les perplexités désarmantes, les experts désespérants ».

Outre ce ton qui ne laisse pas indifférent et au-delà des pistes de réflexion et d'action (appel à une « néorésistance » qui, on l'aura compris, doit être tous azimuts, plaidoyer en faveur d'une transformation radicale de l'Education nationale, de l'enseignement de la philosophie et... de l'espéranto), l'intérêt de ce livre est de fonder son analyse de la violence sur un soubassement social et de l'inscrire dans une perspective sociale et politique.

L. Bui Trong, également philosophe de formation et ex-commissaire divisionnaire aux Renseignements généraux, prévient quant à elle de son intention de ne pas « laisser le champ libre aux contempteurs de la société et de l'Etat ». Contre les partisans d'un « libéralisme libertaire » d'un côté et ceux d'un « égalitarisme utopique » de l'autre, elle revendique fermement ce dont Yves Michaud dans son livre avait montré si ce n'est l'obsolescence à tout le moins le dépassement, à savoir : la défense de l'Etat-nation et l'attachement aux valeurs prônant l'héroïsme et le sens du sacrifice. C'est en leur nom que l'auteur fustige une politique pénale menée à minima, se plaint des privilèges exorbitants accordés aux droits de la défense ou des sciences humaines qui répandraient l'idée de la quasi-irresponsabilité et videraient de sens la notion de faute. La France millénaire ployant sous les assauts de la repentance et du multiculturalisme céderait du terrain quant à la défense de ses valeurs et de sa culture et, à l'assimilation claire et nette de ses immigrés, préférerait aujourd'hui la notion floue d'intégration. La tendance est à l'« anarchie » alimentée par la négation des « différences réelles » (entre hommes et femmes notamment...), des « hiérarchies naturelles », des « relations d'autorité et de respect » à quoi il faut ajouter la non maîtrise des désirs, la pub ou encore l'égoïsme... Le poète ne se trompait pas, « tout fout le camp ! ». Pour mettre un peu d'ordre il faudrait de la poigne, revoir l'éducation des gamins (leur apprendre « l'autodiscipline » et « l'amour de la loi »), revaloriser le travail de ces « techniciens de la sécurité » que sont les policiers et les magistrats et les écouter davantage pour que « l'Etat assume pleinement son rôle de justicier ».


Edition Le Relié, 2002, 122 pages, 10 €

&

Edition Flammarion, 2002, 343 pages, 19 €


07:00 Publié dans Essais | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : philo, violence

Les commentaires sont fermés.